La carpe

La carpe est un poisson qui nous passionne de par son comportement, son mode de vie mais aussi par les poissons records que l’on peut trouver dans les eaux françaises. Nous allons essayer de la connaître un peu mieux et de la faire connaître à nos lecteurs.

L’origine de la carpe

La carpe, au nom latin Cyprinus Carpio, est un poisson qui appartient à la famille des Cyprinidés. Elle est originaire d’Asie et aurait été introduite en France par les Romains lors de l’occupation de la Gaule. Elle à ensuite fait l’objet d’une pisculture intensive par les moines du moyen age à des fins gastronomiques. Petit à petit la carpe à été introduite dans les différentes eaux de notre pays, puis du monde entier.

Description :

La carpe est un poisson qui peut atteindre une taille très raisonnable. Les plus gros spécimens européens atteignent plus de 40kg. Après plusieurs études, son espérance de vie est estimée à une vingtaine d’années. Contrairement aux idées reçues, les carpes centenaires sont une simple légende. En therme de morphologie, la carpe dispose d’une nageoire dorsale relativement longue. Toutes les carpes possèdent quatre barbillons qui la différencie : deux sur la lèvre supérieurs et deux aux plis de la bouche aonso que de cinq puissantes dents pharyngiennes. La carpe est de forme fuselée, moyennement haute, et sa coloration est très différente d’un spécimen à l’autre.

Son anatomie

anatomie

source : www.carpe07.com

Mode de vie

La carpe vit dans les eaux douces, en milieu calme tel que les rivières, les étangs et les lacs. Elle à une préférence pour les eaux ensoleillées avec des fonds composés de sable et de vase. Elle se trouve d’avantage dans les lieux riches en végétaux aquatiques et en obstacles naturels (arbres immergés, racines, rochers, cassures, crustacés…). L’ensemble des eaux Françaises sont peuplées de cette espèces, à l’exception des eaux de haute montagne.

La carpe est omnivore et utilise ses sens développés (odorat et goût) pour s’alimenter sur le fond, entre deux eaux et à la surface lorsque la température de l’eau est élevée. Elle peut trouver dans son milieu naturel des crustacés, des vers, des larves d’insectes, des protozoaires, des petits mollusques ainsi que des matières végétales comme des algues et des graines.

Les différentes espèces

guillaume-commune La carpe commune
Signe distinctif : entièrement couverte d’écailles
16kg-marc La carpe miroir
Signe distinctif : quelques grosses écailles réparties inégalement sur le dos et les flancs
nouveau-14kg La carpe cuir
Signe distinctif : dépourvue d’écailles
irwin-amour L’amour blanc
Signe distinctif : de forme allongée, ressemble à un gros chevesnes
carpekoi La carpe koï
Signe distinctif : carpe aux couleurs vives (blanc, noir, rouge, jaune, orange)

Son comportement

La carpe est un poisson méfiant qui se déplace en bancs, à part les grosses carpes qui vivent solitaires ou en petits groupes de taille identique. Les bancs effectuent des parcours précis entre les zones de repos et les zones d’alimentation. Nous pouvons repérer leurs trajets grâce à leurs marsouinages et leurs sauts. Lors de grosses chaleurs, leur activité est principalement nocturne tandis qu’en hiver leur activité est réduite et se tiennent dans les grands fonds ou elles sortent que de temps en temps pour s’alimenter un peu. Cependant, cette période de l’année est favorable à la capture de gros poissons.

Sa reproduction

La période de reproduction (fraie) se déroule en général aux mois de mai/juin et dépend surtout de la température de l’eau qui doit se situer entre 18 et 20°C. La fraie qui dure de plusieurs jours à plusieurs semaines, où les femelles déposent leurs oeufs dans des zones peu profondes, sur des végétaux aquatiques, sur la végétation de bordure, voir même sur des racines et branches. Les zones de frayère sont assez remarquables car on peut observer l’activité des poissons grâce à éclaboussures et saut effectués par ceux-ci.

La femelle pond environ 100 000 oeufs par kg de son poids. Les petits oeufs, de 1 mm de diamètre et d’un gris translucide, éclosent au bout de 4 à 8 jours, selon la température de l’eau. Les larves disposent d’une membrane vitelline dans laquelle elles trouvent leur nourriture. Après 2 ou 3 jours, elles flottent à la surface pour remplir leur vessie natatoire d’air et peuvent alors nager et se nourrir d’algues microscopiques, et autres petits aliments aquatiques.

La croissance de ces larves dépend principalement de la quantité de nourriture, de la température de l’eau, de la proportion d’oxygène. Ils pourrons à leur tour se reproduire à l’âge de de 3 ou 4 ans.